Logo belgique21.tv
Inscription Newsletter belgique21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

Nouvel épisode dans l’affaire vieille de 20 ans opposant Bernard Tapie à l’ex-Crédit Lyonnais. La justice belge a dessaisi l’homme d’affaires de la gestion de deux sociétés en Belgique. Deux ordonnances ont été rendues mardi 17 avril par le tribunal de commerce de Liège concernant les sociétés de droit belge GBTH (Groupe Bernard Tapie Holding) et AMS (Aircraft Management Services) appartenant à l’ancien ministre français. Un administrateur judiciaire devra notamment « assurer la gestion journalière » des sociétés et faire certifier leurs comptes.
Il est également demandé à cet « administrateur provisoire », précisent les ordonnances, de représenter les sociétés devant le tribunal de commerce de Bruxelles au côté de leurs avocats « dans le cadre de la procédure en faillite pendante devant cette juridiction ».
Cette décision a été saluée mercredi 18 avril par le Consortium de réalisation (CDR), principal créancier de M. Tapie, qui souhaite que soit ordonnée une saisie de ses biens.
Le dernier rebondissement de cette affaire datait de 2015, avec l’annulation par la justice française de l’arbitrage en vertu duquel l’homme d’affaires s’était vu octroyer plus de 400 millions d’euros, en réparation du préjudice qu’il estimait avoir subi à la revente d’Adidas dans les années 1990.

Contenu de la vidéo : Nouvel épisode dans l’affaire vieille de 20 ans opposant Bernard Tapie à l’ex-Crédit Lyonnais. La justice belge a dessaisi l’homme d’affaires de la gestion de deux sociétés en Belgique. Deux ordonnances ont été rendues mardi 17 avril par le tribunal de commerce de Liège concernant les sociétés de droit belge GBTH (Groupe Bernard Tapie Holding) et AMS (Aircraft Management Services) appartenant à l’ancien ministre français. Un administrateur judiciaire devra notamment « assurer la gestion journalière » des sociétés et faire certifier leurs comptes.
Il est également demandé à cet « administrateur provisoire », précisent les ordonnances, de représenter les sociétés devant le tribunal de commerce de Bruxelles au côté de leurs avocats « dans le cadre de la procédure en faillite pendante devant cette juridiction ».
Cette décision a été saluée mercredi 18 avril par le Consortium de réalisation (CDR), principal créancier de M. Tapie, qui souhaite que soit ordonnée une saisie de ses biens.
Le dernier rebondissement de cette affaire datait de 2015, avec l’annulation par la justice française de l’arbitrage en vertu duquel l’homme d’affaires s’était vu octroyer plus de 400 millions d’euros, en réparation du préjudice qu’il estimait avoir subi à la revente d’Adidas dans les années 1990.

Mots clés liés : Belgique, France, Bernard Tapie, Crédit Lyonnais, justice, GBTH, AMS, Tribunal de commerce de Liège, société, Bruxelles

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Belgique21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Belgique21.tv