Logo belgique21.tv
Inscription Newsletter belgique21.tv
Reseaux Sociaux



 


Favoris et Partage

Bonjour et Bienvenue dans ce magazine impatriation du mois de février 2018,

Au sommaire ce mois-ci : les 24h Chrono de l’International se dérouleront les 13 & 14 mars prochain à Paris, un 8ème constat que révèle l’enquête « Expatriates in France, tell us about your life », des mesures éducatives pour attirer les hauts salaires en France, une exonération temporaire de cotisations retraite pour les cadres impatriés, quand les expatriés reviennent en France, moins de ventes d’immobilier d’exception en perspective en 2018 et enfin Bailly Déménagements propose ses services en France et à l’étranger.

La 12e édition des 24h Chrono de l’International se déroulera les 13 et 14 mars 2018. Coproduit par TV5 Monde et diffusé en direct, l’événement traversera en images, 24 destinations du monde au travers de 24 émissions, et ce durant 24h. La dernière émission sera notamment consacrée à Paris et émaillée de plateaux TV d'experts, de mini débats et de témoignages qui vous feront découvrir la création et la vie d’entreprise dans l’Hexagone, avec des conseils à la clé. Pour en savoir plus : rendez-vous sur http://24hchrono-international.com/

Un nouveau constat que nous révèlent les résultats de la 5ème enquête parrainée par la Société de Banque et d’Expansion : « Expatriates in France, tell us about your life »… Une évolution significative est à constater au niveau des salaires des étrangers résidant en France. En effet, le plus gros écart à noter entre 2014 et 2016 se situe dans la tranche de rémunération la plus basse. En 2016, les impatriés sont les plus nombreux (+7 points) à percevoir moins de 30 000 euros par an. On retrouve dans ce segment les détachés, expatriés, employés en contrat local mais aussi et sûrement de jeunes créateurs d’entreprise qui n’ont pas encore les moyens pour se rémunérer de façon plus importante.
Malgré cette progression de la rémunération la plus basse, les impatriés sont toujours et comme en 2014, près de 4 sur 10 à percevoir plus de 60 000 euros par an. Aucune autre étude existante en 2016 ne nous permet d’en savoir plus aussi, il est toujours à noter qu’en se référant aux résultats de l’étude « Expatriés, votre vie nous intéresse » (Mondissimo - 2013), les étrangers travaillant en France sont moins rémunérés que leurs équivalents français basés à l’étranger où 1 sur 3 touchait plus de 76 000 €/an. Pour en savoir plus sur le sujet, consultez les résultats accessibles sur expatriates-in-france.com.

Après avoir annoncé 3,5 milliards d'euros d’investissements et près de 2.200 emplois sur cinq ans dans le cadre du sommet « Choose France » le 22 janvier dernier, le gouvernement d’Emmanuel Macron s’est aussi engagé à développer l’offre scolaire internationale en France. Un rapport coécrit par le recteur de l'académie de Versailles, Daniel Filâtre, et la vice-présidente de la région Ile-de-France, Agnès Evren, la juge « peu lisible » et « insuffisante » alors qu'elle est « un enjeu central » de l'attractivité, a-t-on pu lire dans le journal Les Echos.
Pour attirer les hauts salaires en France, l'Ile-de-France va notamment proposer à la rentrée prochaine 1.000 places supplémentaires dans ses établissements internationaux. Le développement de l'offre scolaire s'appuiera sur cinq établissements existants - les lycées internationaux de Saint-Germain-en-Laye, de Sèvres, de Noisy-le-Grand, de Fontainebleau, et la Cité scolaire internationale Balzac à Paris - et sur l'ouverture du lycée international de Courbevoie. Deux lycées internationaux doivent être également construits à Saclay et à Vincennes d'ici à 2022.
« On veut faire de l'Ile-de-France une région multilingue, et rendre notre offre internationale accessible à tous », affirme Agnès Evren. Ces établissements ne seront donc pas réservés aux impatriés et les habitants d'Ile-de-France pourront s'y inscrire. À partir de mars, les familles impatriées auront à leur disposition un numéro de téléphone unique et un guide interactif avec des informations en anglais. L'Education nationale entend aussi recruter des professeurs natifs de pays étrangers, et mettre en place une certification en langues, en classe de terminale.

Pour attirer les Français partis travailler à l’étranger et de retour dans l’Hexagone mais aussi les étrangers désireux de venir travailler en France, le gouvernement a annoncé fin janvier une série de mesures destinées à renforcer l’attractivité de l’Hexagone, parmi lesquelles une exonération temporaire de cotisations retraite. Si les contours de cette mesure n’ont pas encore été précisés, l’exonération devrait être accordée pour une période de trois ans et serait renouvelable une fois. Elle concernerait aussi bien les cotisations retraite au régime général qu’au futur régime complémentaire unique. L’exonération devrait porter à la fois sur la part salariale et patronale des cotisations.
Le côté obscur de la mesure ? Qui dit exonération, dit absence d’acquisition de droits. Pour éviter d’avoir des trous dans leurs carrières, les impatriés devront donc trouver une solution alternative. Les cadres « internationaux », qui ont accès à des fonds de pension étrangers, ne devraient cependant pas rencontrer de difficultés sur ce point.

Selon des chiffres établis par le ministère des Affaires étrangères, 1,82 million français travaillent hors de France au dernier pointage du 31 décembre 2017. Si le chiffre est en progression de 2.2 % par rapport à 2016, il est en baisse par rapport à la croissance annuelle sur les dix dernières années, de 3,24 %. Les Français de l’Etranger reviendraient-ils donc au pays ? Parmi les raisons principalement évoquées par les créateurs de start-up technologiques revenant vivre dans l’Hexagone, la volonté de se rapprocher de son cercle familial, la qualité de vie avec l’art de vivre à la française ou bien encore l’écosystème qui pousse à « l’impatriation ». Revenir en France signifie aussi avoir la possibilité de valoriser ses compétences et mettre à profit son expérience professionnelle acquise à l’étranger.

Selon le réseau Coldwell Banker France & Monaco, les ventes d’immobilier d’exception vont s’assagir en 2018, après l’euphorie de 2017 notamment à Paris, Bordeaux et dans le bassin d’Arcachon. Le dynamisme sera néanmoins au rendez-vous. Dans toute la France, Coldwell Banker observe en effet une autorégulation spontanée du marché. Après s’être précipités sur la fin de l’année 2016 et le début 2017, les acquéreurs sont devenus plus sages au cours du second semestre. « La demande a commencé à décrocher en mars-avril dernier, analyse Laurent Demeure, Président et CEO du réseau. Les clients étaient toujours prêts à investir dans l’immobilier mais pas à accepter une hausse de prix violente ». « Aujourd’hui, les acquéreurs prennent leur temps, et n’acceptent pas de fortes hausses de prix. Les clients se retirent du marché lorsque les prix montent trop vite, et reviennent dès que ça s’assagit. En 2018, on se dirige vers un marché qui montera mais sur un rythme calme ».

Enfin, pour les entreprises ayant besoin des services de déménagements, sachez que Bailly Déménagements propose ses services en France et à l’international, disposant de ses propres agences dans de nombreux pays étrangers mais travaillant également en collaboration avec plus de 500 partenaires positionnés dans le monde entier. Du fret aérien, maritime, route au service de relocation en passant par le stockage, tout sera fait pour vous simplifier la vie.
Pour un devis : demenagement-bailly.fr

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain !

Contenu de la vidéo : Bonjour et Bienvenue dans ce magazine impatriation du mois de février 2018,

Au sommaire ce mois-ci : les 24h Chrono de l’International se dérouleront les 13 & 14 mars prochain à Paris, un 8ème constat que révèle l’enquête « Expatriates in France, tell us about your life », des mesures éducatives pour attirer les hauts salaires en France, une exonération temporaire de cotisations retraite pour les cadres impatriés, quand les expatriés reviennent en France, moins de ventes d’immobilier d’exception en perspective en 2018 et enfin Bailly Déménagements propose ses services en France et à l’étranger.

La 12e édition des 24h Chrono de l’International se déroulera les 13 et 14 mars 2018. Coproduit par TV5 Monde et diffusé en direct, l’événement traversera en images, 24 destinations du monde au travers de 24 émissions, et ce durant 24h. La dernière émission sera notamment consacrée à Paris et émaillée de plateaux TV d'experts, de mini débats et de témoignages qui vous feront découvrir la création et la vie d’entreprise dans l’Hexagone, avec des conseils à la clé. Pour en savoir plus : rendez-vous sur http://24hchrono-international.com/

Un nouveau constat que nous révèlent les résultats de la 5ème enquête parrainée par la Société de Banque et d’Expansion : « Expatriates in France, tell us about your life »… Une évolution significative est à constater au niveau des salaires des étrangers résidant en France. En effet, le plus gros écart à noter entre 2014 et 2016 se situe dans la tranche de rémunération la plus basse. En 2016, les impatriés sont les plus nombreux (+7 points) à percevoir moins de 30 000 euros par an. On retrouve dans ce segment les détachés, expatriés, employés en contrat local mais aussi et sûrement de jeunes créateurs d’entreprise qui n’ont pas encore les moyens pour se rémunérer de façon plus importante.
Malgré cette progression de la rémunération la plus basse, les impatriés sont toujours et comme en 2014, près de 4 sur 10 à percevoir plus de 60 000 euros par an. Aucune autre étude existante en 2016 ne nous permet d’en savoir plus aussi, il est toujours à noter qu’en se référant aux résultats de l’étude « Expatriés, votre vie nous intéresse » (Mondissimo - 2013), les étrangers travaillant en France sont moins rémunérés que leurs équivalents français basés à l’étranger où 1 sur 3 touchait plus de 76 000 €/an.
Pour en savoir plus sur le sujet, consultez les résultats accessibles sur expatriates-in-france.com.

Après avoir annoncé 3,5 milliards d'euros d’investissements et près de 2.200 emplois sur cinq ans dans le cadre du sommet « Choose France » le 22 janvier dernier, le gouvernement d’Emmanuel Macron s’est aussi engagé à développer l’offre scolaire internationale en France. Un rapport coécrit par le recteur de l'académie de Versailles, Daniel Filâtre, et la vice-présidente de la région Ile-de-France, Agnès Evren, la juge « peu lisible » et « insuffisante » alors qu'elle est « un enjeu central » de l'attractivité, a-t-on pu lire dans le journal Les Echos.
Pour attirer les hauts salaires en France, l'Ile-de-France va notamment proposer à la rentrée prochaine 1.000 places supplémentaires dans ses établissements internationaux.
Le développement de l'offre scolaire s'appuiera sur cinq établissements existants - les lycées internationaux de Saint-Germain-en-Laye, de Sèvres, de Noisy-le-Grand, de Fontainebleau, et la Cité scolaire internationale Balzac à Paris - et sur l'ouverture du lycée international de Courbevoie. Deux lycées internationaux doivent être également construits à Saclay et à Vincennes d'ici à 2022.
« On veut faire de l'Ile-de-France une région multilingue, et rendre notre offre internationale accessible à tous », affirme Agnès Evren. Ces établissements ne seront donc pas réservés aux impatriés et les habitants d'Ile-de-France pourront s'y inscrire.
À partir de mars, les familles impatriées auront à leur disposition un numéro de téléphone unique et un guide interactif avec des informations en anglais. L'Education nationale entend aussi recruter des professeurs natifs de pays étrangers, et mettre en place une certification en langues, en classe de terminale.

Pour attirer les Français partis travailler à l’étranger et de retour dans l’Hexagone mais aussi les étrangers désireux de venir travailler en France, le gouvernement a annoncé fin janvier une série de mesures destinées à renforcer l’attractivité de l’Hexagone, parmi lesquelles une exonération temporaire de cotisations retraite.
Si les contours de cette mesure n’ont pas encore été précisés, l’exonération devrait être accordée pour une période de trois ans et serait renouvelable une fois. Elle concernerait aussi bien les cotisations retraite au régime général qu’au futur régime complémentaire unique. L’exonération devrait porter à la fois sur la part salariale et patronale des cotisations.
Le côté obscur de la mesure ? Qui dit exonération, dit absence d’acquisition de droits. Pour éviter d’avoir des trous dans leurs carrières, les impatriés devront donc trouver une solution alternative. Les cadres « internationaux », qui ont accès à des fonds de pension étrangers, ne devraient cependant pas rencontrer de difficultés sur ce point.

Selon des chiffres établis par le ministère des Affaires étrangères, 1,82 million français travaillent hors de France au dernier pointage du 31 décembre 2017. Si le chiffre est en progression de 2.2 % par rapport à 2016, il est en baisse par rapport à la croissance annuelle sur les dix dernières années, de 3,24 %.
Les Français de l’Etranger reviendraient-ils donc au pays ? Parmi les raisons principalement évoquées par les créateurs de start-up technologiques revenant vivre dans l’Hexagone, la volonté de se rapprocher de son cercle familial, la qualité de vie avec l’art de vivre à la française ou bien encore l’écosystème qui pousse à « l’impatriation ». Revenir en France signifie aussi avoir la possibilité de valoriser ses compétences et mettre à profit son expérience professionnelle acquise à l’étranger.

Selon le réseau Coldwell Banker France & Monaco, les ventes d’immobilier d’exception vont s’assagir en 2018, après l’euphorie de 2017 notamment à Paris, Bordeaux et dans le bassin d’Arcachon. Le dynamisme sera néanmoins au rendez-vous.
Dans toute la France, Coldwell Banker observe en effet une autorégulation spontanée du marché. Après s’être précipités sur la fin de l’année 2016 et le début 2017, les acquéreurs sont devenus plus sages au cours du second semestre. « La demande a commencé à décrocher en mars-avril dernier, analyse Laurent Demeure, Président et CEO du réseau. Les clients étaient toujours prêts à investir dans l’immobilier mais pas à accepter une hausse de prix violente ». « Aujourd’hui, les acquéreurs prennent leur temps, et n’acceptent pas de fortes hausses de prix. Les clients se retirent du marché lorsque les prix montent trop vite, et reviennent dès que ça s’assagit. En 2018, on se dirige vers un marché qui montera mais sur un rythme calme ».

Enfin, pour les entreprises ayant besoin des services de déménagements, sachez que Bailly Déménagements propose ses services en France et à l’international, disposant de ses propres agences dans de nombreux pays étrangers mais travaillant également en collaboration avec plus de 500 partenaires positionnés dans le monde entier. Du fret aérien, maritime, route au service de relocation en passant par le stockage, tout sera fait pour vous simplifier la vie.
Pour un devis : demenagement-bailly.fr

Merci de nous avoir suivis et rendez-vous le mois prochain !


Mots clés liés : 24h Chrono de l’International, mesures éducatives, hauts salaires, France, exonération temporaire, cotisations retraite, cadres impatriés, expatriés, France, ventes d’immobilier d’exception, Bailly Déménagements

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Belgique21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Belgique21.tv